Archive for the 'Uncategorized' Category

L’ABES ajoutera les notices du Sudoc dans WorldCat

L’ABES ajoutera les notices du Sudoc dans WorldCat

Paris, le 21 septembre 2009 —OCLC et l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), en France, ont signé un accord pour charger dans WorldCat plus de 9 millions de notices du Système universitaire de documentation (Sudoc), le catalogue collectif des bibliothèques universitaires et de recherche géré par l’ABES. Grâce à cet accord, les collections de 110 établissements qui participent au Sudoc, ce qui représente plus de 1000 bibliothèques, seront visibles aux internautes à travers le monde sur WorldCat.org.

L’ajout des notices du Sudoc dans WorldCat, prévu pour le premier trimestre de 2010, augmentera la visibilité des collections du monde universitaire de la France.

En plus de la visibilité internationale de leurs notices, les bibliothèques du Sudoc profiteront de plusieurs autres avantages en participant à WorldCat.  « Grâce à leur contribution, les bibliothèques deviendront membres d’OCLC » a mentionné Raymond Bérard, directeur de l’ABES, « et à ce titre, elles pourront, par exemple, utiliser l’API WorldCat pour développer leurs propres applications. De plus, en tant que membres d’OCLC, ces bibliothèques du Sudoc pourront voter, au niveau régional, les résolutions relatives à la coopérative OCLC. »

« Nous sommes très heureux que l’ABES ait accepté d’ajouter ses notices dans WorldCat, » a dit Rein van Charldorp, directeur général d’OCLC pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.  « OCLC travaille avec l’ABES depuis plus de 10 ans et cet accroissement de notre collaboration est l’étape suivante logique. La communauté mondiale des bibliothèques profitera grandement de cet enrichissement de  WorldCat que représentent les titres du Sudoc. »

L’accord pour le chargement des notices du Sudoc dans WorldCat fait suite à celui de la Bibliothèque nationale de France qui a signé un accord semblable en juin de cette année. Depuis 2002, l’ensemble des établissements déployés travaille directement dans le Sudoc, qui est basé sur le Central Bibliographic System (CBS) d’OCLC.  Après le chargement des notices CBS dans WorldCat, il sera possible de mettre en œuvre l’option des mises à jour en temps réel entre CBS et WorldCat, via la synchronisation automatique. Cette option est actuellement utilisée avec succès dans le cadre des catalogues collectifs des Pays-Bas et d’Australie.

Avec les notices du Sudoc dans la base de données WorldCat, les bibliothèques pourront utiliser d’autres outils comme le service Collection Analyses, qui permet aux bibliothèques de comparer leurs collections à celles d’autres bibliothèquessimilaires. Plus d’informations sur WorldCat et ses nombreux outils sont disponibles au http://www.oclc.org/fr/fr/worldcat/.

À propos de l’ABES
L’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) est l’agence responsable du Sudoc (Système universitaire de documentation), le catalogue collectif des bibliothèques d’étude, de recherche et de l’enseignement supérieur en France. L’ABES a été créée en 1994 pour mettre en œuvre le Sudoc, qui a été lancé en 2001 et qui s’est avéré une réussite éclatante : avec 1 100 bibliothèques déployées, plus de 9 millions de notices bibliographiques, 28 millions de documents localisés et 34 millions d’interrogations publiques en 2008, il occupe une place éminente dans le dispositif documentaire français de l’enseignement supérieur et de la recherche.

À propos d’OCLC
Fondé en 1967 et basé à Dublin dans l’Ohio (États-Unis), OCLC est un organisme à but non lucratif de recherche et de services pour bibliothèques qui offre des services automatisés de catalogage, de référencement, de partage de ressources, de contenu électronique, de préservation, de gestion de bibliothèques et des services Web à 71 000 bibliothèques dans 112 pays et territoires. OCLC et ses bibliothèques membres ont créé et alimentent WorldCat, la ressource en ligne la plus complète au monde pour trouver des ouvrages dans les bibliothèques. Pour faire une recherche sur le Web, allez auwww.worldcat.org.

Plus d’informations sur OCLC

OCLC, CBS, WorldCat, WorldCat.org et WorldCat Collection Analysis sont des marques de commerce ou de services d’Online Computer Library Center, Inc. Les noms de produits ou de services, et les dénominations commerciales de tierces parties sont des marques de commerce ou de services de leurs propriétaires respectifs.

Publicités

LYON blood mechanics

revellin-2009

PLoS_comput–guidelines-table-figure

http://www.ploscompbiol.org/static/figureGuidelines.action

PLoS_Biology–guidelines-figure-table

http://journals.plos.org/plosbiology/figure_guidelines.php

aide en génie mécanique

http://www.cnr-cmao.ens-cachan.fr/

un ensemble de données issus des dossiers techniques:

http://www.cnr-cmao.ens-cachan.fr/index/?Ind=tout&ssi=ChronoInv&t=13

Comment ne plus être tracé par Google Analytics

Comment ne plus être tracé par Google Analytics

Google Analytics est un service offert aux propriétaires de sites, de boutiques en ligne, de blogs, leur permettant d’obtenir des statistiques de fréquentation fines et sans efforts.

Le problème est que ce service prend une telle ampleur que la majorité des sites que vous visitez utilisez ce système, faisant grossir la base de donnée de Google sur vos habitudes sur la toile.

Ce petit article n’a d’autre prétention que vous expliquer comme ce système marche et surtout comment le désactiver.

Qu’est-ce que Google Analytics ?

Alors, connaissez-vous Google Analytics ? Non ? Et pourtant lui, vous connaît, et vous connaît plutôt bien même…

Pour résumer, il s’agit d’un système d’analyse des visites mise en place par Google il y a quelques années qui offre gratuitement à tout webmaster la possibilité de connaître de manière précise les statistiques de fréquentation de son site. Pour en bénéficier, il lui suffit d’insérer quelques lignes de html invisible au visiteur en bas de chaque page. Ca sonne assez sympa au fond, non ?

Mais le revers de la médaille est que le succès de GA est tel que la majorité des sites que vous fréquentez utilisent maintenant ce système, alimentant une base de données dont Google est seul propriétaire. Il offre gratuitement aux propriétaires des sites une vue sur LEURS données, mais lui disposer de TOUTES ces données. Ainsi non content de savoir exactement tout ce que vous cherchez sur le net, Google grâce à ce système sait dans des proportions jamais atteintes ce que vous fabriquez sur la toile…

Une pratique qui se systématise

Pour m’éloigner un peu des chiffres officiels d’utilisation de Google Analytics, je me suis amusé à analyser tous les sites que j’ai visités hier, une centaine. Et le résultat est surprenant : 60% d’entre eux utilisent google analytics. Cela va d’AlloCine au Forum d’Ubuntu (!!), du site de Maitre Eolas aux petits blogs de campagnes en tout genre.

Point n’est besoin de me croire sur parole, vous pouvez vérifier tout cela par vous-même. Il suffit en effet d’ouvrir, par exemple, le site http://www.liberation.fr, cliquer-droit sur la page affichée pour demander à voir son code source. Dans ce code, allez aux dernières lignes. Vous verrez alors apparaître :

<script src= »http://www.google-analytics.com/urchin.js &raquo; type= »text/javascript »></script>

Techniquement, l’idée de base de ce système est d’inclure dans une page web un script qui se trouve chez google. Ce script est dynamique et permet à Google de collecter votre IP, d’en déduire votre pays ou votre ville, de connaître le site d’où vous venez, la taille de votre écran, votre système d’exploitation, le navigateur que vous utilisez, bref, beaucoup de choses qui prisent une à une ne semble pas porter à conséquence… Mais si vous imaginez que 60% des sites que vous utilisez alimentent la même base de donnée, vous concevez aisément que vos habitudes sur le nets sont vite bien connues de Google.

Bien sur, Google n’est pas le seul à jouer à ce jeu, nous pouvons par exemple citer le célèbre Xiti, l’acteur historique de ce marché, mais qui est du coup en net recul (moins de 10% de mes sites visités hier).

Comment s’en débarrasser

Déjà pourquoi bloquer ce système ? Là c’est avant tout une affaire de conviction personnelle. Je déteste simplement l’idée d’être tracé de manière aussi massive par un seul acteur du marché. Mais si cet argument ne vous convainc pas suffisamment, un autre serait que ce genre de système n’est pas transparent en terme de temps de chargement de page. En effet, rajouter une connexion vers Google pour chaque page que vous visitez ne peut être sans impacte. Ceci d’autant plus que certains sites cumulent avec un appel à XiTi, HitParade, etc… Bref, pour toutes ces raisons, moi, je vire…

FireFox et AdBlock

Alors pour ne plus nourrir la bête, il n’y a pas 36 solutions, il faut bloquer l’accès au site http://www.google-analytics.com. Pour les utilisateurs de FireFox, rien de plus simple. Il suffit pour cela de télécharger l’indispensable extension AdBlock. Bien évidemment, je dis cela pour la forme, car vous avez sûrement déjà ce plugin vitale qui permet de filtrer les pubs qui inondent les pages que l’on visite quotidiennement.

Cette extension, une fois activée, va pouvoir être alimentée par une liste d’adresse à bannir. Même si ce système est initialement conçu pour bloquer les pubs, il se prête très bien à cette nouvelle utilisation. Il suffit pour blocker google Analytics d’aller dans les préférences d’AdBlock (Outils/AddBlock/Preferences) et d’ajouter :

Et comme il ne faut pas faire deux poids, deux mesures, vous pouvez aussi ajouter XiTi et « quelques » autres Wink

  1. *.xiti.com/*
  2. *.hit-parade.com/*
  3. *.toutlemondeenblogue.com/*
  4. visit.geocities.com/*
  5. *.yimg.com/*
  6. *.cybermonitor.com/*
  7. *.overture.com
  8. *.mybloglog.com
  9. *.webtrendslive.com
  10. adnext.fr
  11. *.quantserve.com/*
  12. stats.wordpress.com/*
  13. *.ixnp.com/*
  14. *.statcounter.com/*
  15. *.extreme-dm.com/*
  16. *.googlesyndication.com/*
  17. *.sitemeter.com/*
  18. myustats.com/*
  19. *.reinvigorate.net/*
  20. *.clicktale.net/*
  21. *.hittail.com/*
  22. */xiti.js
  23. cetrk.com/*

Les nouvelles règles prennent effet dés la validation de la boite de préférences. Pour en être sur, il suffit de rentrer dans votre navigateur l’URL http://www.google-analytics.com. Lorsque vous validez, la page devrait vous indiquer qu’AdBlock l’a bloqué.

Fichier hosts

Une autre solution consiste à cacher l’adresse IP du site Google Analytics à votre navigateur. Pour cela il suffit de modifier votre fichier hosts et d’y ajouter la ligne

Pour les Linuxiens (Mac OS ?), le fichier host est présent en /etc/hosts. Pour les Windowsiens, il faut modifier c:\winnt\system32\drivers\etc\hosts ou c:\windows\system32\drivers\etc\hosts.

Privoxy, la solution ultime

Cette solution a été redéveloppée ici.

Conclusion

L’idée du Web Gratuit a fait se développer des pratiques qui sont aujourd’hui à la limite de la violation des droits à la vie privée. SpyWare ou Google Analytics n’ont au fond, aucune différence si ce n’est que le dernier sera justifié par ses supporters en argumentant que c’est la contrepartie de la gratuité. Je n’ai rien contre en réalité, mais faut-il encore avoir été prévenu.

tout pour les vieux mac

Cette page est consacrée aux anciens système d’exploitation Macintosh :
– Système 6 et précédents
– Système 7 (jusqu’à 7.5.5 et 7.6.1)
– Mac OS 8 (jusqu’à 8.6)
– Mac OS 9 (jusqu’à 9.2.2)

Elle concerne également, dans une moindre mesure, l’émulateur Classic intégré dans Mac OS X.

Réinstallation du système :

Sous Mac OS 9 et précédents, la réinstallation du système se fait en démarrant l’ordinateur sur le cd-rom :
– insérer le cd-rom,
– redémarrer l’ordinateur en maintenant appuyée la touche C jusqu’à apparition du logo Mac.

Attention En général, il existe deux cd-rom différents :
– le cd d’installation = c’est celui qu’on doit utiliser pour réinstaller le système en conservant ses données
– le cd de restauration des logiciels = il efface entièrement le disque dur et restaure la configuration initiale de l’ordinateur avec tous ses programmes.

Après la réinstallation, on pourra vérifier s’il y a des mises à jour à installer :
– en les téléchargeant sur le site (voir plus bas),
– en lançant la Mise à jour de logiciels dans le menu Pomme.

Le dossier système :

Le Dossier système contient tous les éléments nécessaires au fonctionnement de l’ordinateur.

On trouve notamment à l’intérieur :
– le Dossier Tableaux de bord,
– le Dossier Extensions,
– le Dossier Préférences.

Pour fonctionner, certains programmes doivent être lancés au démarrage de l’ordinateur.
Ces programmes sont de deux sortes : les Tableaux de bord et les Extensions.
– Les Tableaux de bord peuvent être paramétrés. Ils sont accessibles par le Menu Pomme.
– Les Extensions ne peuvent pas être paramétrées.

Pour connaître la fonction des Tableaux de bord et Extensions :
http://www.gete.net/informinit/

Le Dossier Préférences :

Il contient des fichiers contenant les configurations des différents logiciels installés sur l’ordinateur.

Supprimer un fichier dans le dossier Préférences :

Souvent, la simple suppression d’un fichier Préférences permettra de corriger le dysfonctionnement d’un programme.

– déplacer le fichier Préférences en question dans un autre dossier (ou sur le Bureau par exemple),
– lancer le logiciel,
– vérifier le fonctionnement de celui-ci.
Si on ne constate aucune amélioration :
– remettre l’ancien fichier Préférences.

Trier le contenu du dossier Préférences :

Pour un meilleur contrôle du dossier Préférences, je conseille les réglages suivants :

– configurer la présentation du dossier sous forme de liste,
– classer l’affichage des fichiers par date (les plus récents en haut),
– attribuer une couleur (famille) à chaque fichier suivant son importance
(exemple : système = essentiel ; Tableaux de bord et Extensions rajoutés = important ; programmes indispensables = en cours ; autres programmes ; jeux, etc.).

Ce premier tri et classement permettra de retrouver plus facilement un fichier Préférences.

En cas de problème… :

En cas de problème, il existe quelques manipulations simples à effectuer en premier :

1 Reconstruire le Bureau :

Au démarrage de l’ordinateur, quand apparaît le Bureau :
– maintenir appuyées les touches Option et Pomme,
– cliquer sur OK pour accepter la reconstruction du Bureau.

PS : Cette opération peut être effectuée régulièrement.

Si l’opération est insuffisante, on peut supprimer les fichiers Desktop.
Ce sont deux fichiers invisibles, situés à la racine du disque.

– lancer la fonction Rechercher (Pomme+F)
– inclure les éléments invisibles,
– placer les fichiers Desktop à la Corbeille,
– redémarrer l’ordinateur.

2 Zapper la PRAM (également sous Mac OS X) :

La PRAM (équivalent du Bios pour PC) contient certaines informations de configuration qui sont sauvegardées à l’extinction de l’ordinateur.

Réinitialiser la PRAM peut résoudre certains problèmes (notamment en cas d’écran noir).
Ensuite, il faudra reconfigurer l’horloge de l’ordinateur, ainsi que le fond d’écran et divers réglages.

Au démarrage de l’ordinateur (avant l’apparition du Bureau) :
– maintenir appuyées les touches Option et Pomme, ainsi que les touches « P » et « R » (l’usage des deux mains est nécessaire !)
– relâcher les touches lorsqu’on entend le signal sonore de démarrage.

PS : Certains disent qu’il faut insister jusqu’à entendre 5 fois le signal sonore de démarrage.

3 Démarrer sans charger les extensions (également sous Mac OS X) :

Si l’ordinateur a des problèmes pour démarrer, celà peut-être dû à un conflit au niveau des extensions (programmes chargés en mémoire au démarrage).
Démarrer l’ordinateur en ignorant les extensions, permettra de résoudre le problème, en supprimant manuellement l’extension fautive dans le Dossier Système.

Au démarrage de l’ordinateur (avant l’apparition du Bureau)  :
– maintenir appuyée la touche Majuscule.

Après le démarrage de l’ordinateur :

1 :
– aller dans le menu Pomme,
– sélectionner « Tableaux de Bord »,
– double-cliquer sur « Gestionnaire d’Extensions »,
– sélectionner une configuration minimale (aucune Extension ou Extensions système uniquement).

Ou,
2 :
– double-cliquer sur l’icône du disque dur,
– double-cliquer sur l’icône Dossier Système,
– retirer manuellement les Extensions fautives du Dossier Extension (ou du Dossier Tableau de Bord).

Sous Mac OS X, le démarrage sans extension est accompagné d’un examen du disque dur. Le démarrage sera donc nettement plus long !
Aucune manipulation à faire après le démarrage.

3.1 Démarrer avec le Gestionnaire d’Extensions :

Au lieu de désactiver les Extensions, comme indiqué précédemment, on peut afficher le Gestionnaire d’Extensions au démarrage, et sélectionner les Extensions et Tableaux de Bord à lancer.

Au démarrage de l’ordinateur (avant l’apparition du Bureau) :
– maintenir appuyée la barre espace, jusqu’à l’apparition du Gestionnaire d’Extensions.
Dans le Gestionnaire d’Extensions :
– sélectionner manuellement les Extensions et Tableaux de Bord,
ou :
Dans le menu déroulant :
– sélectionner une configuration par défaut (Système…)

– fermer la fenêtre du Gestionnaire d’Extensions pour poursuivre le démarrage.

Le Gestionnaire d’Extension permet d’enregistrer plusieurs configurations différentes, et de choisir laquelle sera active au démarrage.

4 Supprimer certains fichiers du Dossier Préférences (aussi sous Mac OS X) :

La plupart des applications installées, sauvegardent leurs réglages dans un fichier (ou un dossier), à l’intérieur du Dossier Préférences.
En cas de mauvais fonctionnement d’une application, supprimer son fichier ou son dossier permettra de la relancer en repartant sur des bases saines.

– double-cliquer sur l’icône du disque dur,
– double-cliquer sur l’icône Dossier Système,
– double-cliquer sur l’icône Préférences,
– retirer manuellement le(s) fichier(s) ou dossier concernant l’application défectueuse.

PS : On peut se contenter de déplacer sur le Bureau le(s) fichier(s) ou dossier, afin de pouvoir le(s) replacer en cas d’absence de résultat.

Sous Mac OS X, les Préférences sont situées dans le dossier Bibliothèque de l’utilisateur.

5 Supprimer le fichier Préférences Finder :

En cas de problème, on ne risque rien à supprimer ce fichier qui se trouve dans le Dossier Préférences.
Redémarrer l’ordinateur afin que MacOS recrée un autre fichier.

6 Redémarrer à partir d’un autre système (aussi sous Mac OS X) :

Lorsque l’ordinateur ne peut pas démarrer (icône de disquette avec point d’interrogation), on peut utiliser un autre système :

Redémarrer à partir du cd-rom d’installation :
Au démarrage de l’ordinateur :
– maintenir appuyée la touche C

Redémarrer à partir d’un autre volume de démarrage (disquette, lecteur Zip, etc.) :
Au démarrage de l’ordinateur :
– maintenir appuyées les touches Pomme+Option+Majuscule+Retour (<-)

7 Déplacer les fichiers System et Finder :

Le Dossier Système est représenté avec une icône de dossier particulière. C’est la présence d’un fichier System à l’intérieur qui déternine son apparence.

En cas de problème, on peut, en redémarrant avec un autre système :

– retirer les fichiers System et Finder du Dossier Système,
– fermer le Dossier Système,
– faire glisser les fichiers System et Finder sur le Dossier Système pour les remettre à leur place,
– ouvrir le Dossier Système, et le refermer.

8 Lorsqu’un programme ne répond pas :

Lorsqu’un programme ne répond pas, que l’ordinateur est « bloqué » :

1 :
– appuyer sur les touches : Pomme+Majuscule+.(point)

2 Essayer de quitter le programme :
– appuyer, en même temps, sur les touches : Ctrl+Option+Pomme et la touche Echap,
– cliquer sur forcer à quitter dans la fenêtre de message qui apparaît.

3 Utiliser le bouton reset :
Suivant le modèle de Macintosh, celui-ci sera placé différemment.
(sur les premiers Imac, il faudra utiliser un trombone).

Les bugs sous MacOS :

Il existe deux bugs majeurs répertoriés sous MacOS : The Thing et TDFI

The Thing :

OS concernés : MacOS 8.5 / 8.6

Symptôme : un dossier sans nom dans la Corbeille, impossible à supprimer.

Solutions :
– utiliser DiskWarrior (http://www.alsoft.com)
– démarrer sous MacOS 9 et supprimer le dossier
– consulter http://www.gete.net rubrique Dossiers
– consulter http://roberto.minotti.online.fr/The_Thing/index.html#eviter

TDFI :

OS concernés : toutes versions de MacOS 9 version française.
Ce problème est relatif aux extensions ou périphériques en USB.

Symptôme : Au démarrage de l’ordinateur, un message s’affiche :
« Table du système de fichiers incorrecte.
Pour désactiver temporairement les extensions,
redémarrez en appuyant sur la touche « Majuscule » ».

Les solutions à ce dysfonctionnement sont diverses… et non garanties :

Pour accéder à l’ordinateur, il faudra, avant tout, zapper la PRAM :
– redémarrer en appuyant sur les touches Pomme, Option, P et R

Ensuite, il faudra appliquer une des solutions suivantes :

– revenir à la configuration précédente (supprimer le programme, les extensions rajoutées récemment)
– désactiver SerialShimlib et PowerPlug Extension (de StuffIt)
– désactiver les extensions relatives à l’USB, ou ajouter un tilde(~) devant chaque extension Microsoft…
– consulter http://www.gete.net rubrique Dossiers

Utilitaires :

Quelques utilitaires utiles, voire indispensables, pour Macintosh…

DiskWarrior. Réparation de disque dur :
http://www.alsoft.com/

TechTool. Analyse et réparation du système :
http://www.tri-edre.com/fr/techtool.html

Resedit 2.1.4 Version française. L’éditeur de ressource de MacOS :
http://roberto.minotti.free.fr/resvf.sit

TomeViewer 1.2. Utilitaire gratuit d’Apple qui permet d’ouvrir les archives d’installation des cd-rom MacOS :
http://roberto.minotti.free.fr/tomeviewer.sit

… et autres sur le site de Roberto : http://roberto.minotti.free.fr/

File Buddy. Utilitaire aux fonctions diverses :
à rechercher sur : http://www.versiontracker.com

Graphic Converter. « Le » logiciel de traitement d’images sur Macintosh :
à rechercher sur : http://www.versiontracker.com

iCab Navigateur Internet destiné aux petites configurations (en français) :
http://www.seriot.ch/canardmac/

Data Rescue. Permet de récupérer des données perdues :
http://www.versiontracker.com/dyn/moreinfo/macos/14650
http://www.prosoftengineering.com/index.php

Liens :

Tous les raccourcis-clavier Mac OS 8.x – 9 :
http://dreammac.ifrance.com/pratique/racclav.html

Système 7 :

Les anciens OS, 7.01 et 7.5.3, sont disponibles gratuitement sur le site Apple :

Mac OS 7.0.1 et 7.5.3 :
http://download.info.apple.com/Apple_Support_Area/Apple_Software_Updates/
French/Macintosh/System/Full_Installs/

Updates :
http://download.info.apple.com/Apple_Support_Area/Apple_Software Updates/
MultiCountry/Macintosh/System/System_7.5.3_Revision_2/

http://download.info.apple.com/Apple_Support_Area/Apple_Software Updates/
MultiCountry/Macintosh/System/System_7.5.5_Update/

Téléchargements Apple (Pour les mises à jour tous OS) :
http://www.info.apple.com/support/downloads_fr.html

Mac OS 8 :

Mise à jour Mac OS 8.6  :
cliquer ici

USB Mass Storage Support 1.3.5 (pour utiliser l’USB sous 8.6) :
http://docs.info.apple.com/article.html?artnum=60394

Mise à jour Firmware Update 1.2 (pour iMac à tiroir 233 à 333Mhz) :
http://docs.info.apple.com/article.html?artnum=60384

Patch pour utiliser une carte PCI/USB sour 8.6 :
http://docs.info.apple.com/article.html?artnum=31132

Mac OS 9 :

Mises à jour Mac OS 9.x :
http://docs.info.apple.com/article.html?artnum=75288-fr

Mise à jour Firmware Update 4.1.9 (pour iMac à fente 350Mhz et plus) :
http://docs.info.apple.com/article.html?artnum=75130
(indispensable avant toute installation de Mac OS X sur ces modèles)

Autres liens :

Anciens systèmes :
http://www.gete.net/baseCoNet/accueil/accueil_manipOS.php
http://futureshare.lip6.fr/MacOS.html

Mises à jour Macintosh :
http://i.et.mac.free.fr/Mac_OS_imac/6b_download_iMac.html

Pilote pour carte PCI Ethernet (Realtek 8139) :
http://www.macsense.com/support/driver_mac_b.html#PCI100

Téléchargements Microsoft :

Téléchargements pour Mac :
http://www.microsoft.com/France/mac/telecharge/default.asp

Télécharger Outlook Express 5.0.6 pour Mac OS 8.1 à 9.x (PowerPC) :
http://www.microsoft.com/france/mac/telecharge/info/info.asp?
mar=/france/mac/telecharge/info/outlookxpress5.html

Internet Explorer 5.1.7 pour Mac OS 8.1 à 9.x (PowerPC) n’est plus disponible sur le site Microsoft. (me contacter en cas de besoin)

En tous les cas, ce sont des versions pour Macintosh équipés d’un microprocesseur Power PC (PPC).
Pour les Macintosh plus anciens (microprocesseur 68xxxx ; 68K) il faudra télécharger le navigateur iCab :
http://www.seriot.ch/canardmac/

Lecteur Windows Media pour Mac :
http://www.microsoft.com/france/mac/autres/windowsmedia/default.asp

Anciens programmes :

Programmes, jeux, utilitaires pour les anciens système Mac OS :

http://www.abandonware-france.org/ltf-rubriques.php3?page=1&genre=mac
http://www.grenier-du-mac.net/

———————————————-


I MOVED THIS BLOG FROM WORDPRESS TO BLOGGER. Ce blog est à
ex-ample.blogspot.com

Blog Stats

  • 219 436 hits

localization

Flickr Photos

décembre 2018
L M M J V S D
« Oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Publicités